Logo MCF.png

Issu de l'inventivité, de la détermination et de la patience d'un homme, Jean Paul LEFAUCHEUX, ce procédé de construction me semble bien adapté aux personnes soucieuses d'une facilité de construction (idéal pour l'auto-construction) et à la recherche d'une performance énergétique poussée (en avance sur les normes actuelles).

Rencontré en 2014, pour la réalisation d'une étude béton sur l'un de ses projets, fort de mon expérience dans le bâtiment, j'ai vite compris les avantages et inconvénients de ce système constructif ingénieux dont je me propose de vous faire une présentation succincte...

Vous hésitez sur le matériau de votre futur construction ???

Ossature Bois ?

Vous réfléchissez à réaliser votre maison en ossature bois pour ces avantages ?

     - performances thermiques surfaciques,

     - matériau plus écologique,

     - rapidité d'exécution,

     - plus facile à réaliser soi-même...

Mais avez abandonné l'idée à cause de ses inconvénients :

     - manque d'inertie thermique,

     - peur de l'entretien,

     - crainte des termites (sur la stabilité),

     - isolations acoustique aux bruits de choc et craquements du plancher bois...

Maçonnerie ?

Vous réfléchissez à réaliser votre maison en maçonnerie pour ces avantages ?

     - sensation de solidité,

     - isolation acoustique,

     - inertie thermique...

Mais avez abandonné l'idée à cause de ses inconvénients :

     - très mauvais isolant thermique (ou matériau de substitution plus cher ; brique, béton cellulaire...),

     - délai d'exécution,

     - plus difficile à réaliser soi-même...

Le procédé  MCF est sûrement fait pour vous...

 
Historique du procédé MCF

Pour commencé, je me permets un petit rappel concernant les bâtiments à ossature bois...

Comme en témoignent les nombreux bâtiments à colombage, la construction à partir d'une structure bois étaient monnaie courante jusqu'au XIXème siècle. La pénurie de ce matériau au début du XXème siècle, due en grande partie à la production d'énergie et aux ouvrages de soutènement des guerres, associé au manque de main d'oeuvre qualifiée suite à la Grande Guerre nous ont obligé à nous tourner vers d'autres matériaux pour la reconstruction (brique et parpaings en particulier).

Depuis les années 1980, afin d'exploiter les réserves de la forêt française, la filière bois s'est organisée afin de promouvoir la construction de bâtiments à partir de ce matériau...

1986 : maison Ossature Bois

Jean-Paul LEFAUCHEUX construit sa première maison personnelle à Ploeren (56). Il choisit l'Ossature Bois à laquelle il associe une isolation extérieure.

Après avoir travaillé dans une entreprise d'isolation extérieure, il rejoint une centrale d'achat destinée à l'achat des matériaux liés à ce corps d'état (isolant, grillage, enduit...)

1990 : première maison MCF (génération 1)

En parallèle du développement de l'Avis Technique, une première maison est réalisée à Vannes (56), à partir de modules bois préfabriqués de dimensions standards.

Cette technique facilite la réalisation des façades mais pêche par son manque d'adaptabilité...

(entre 1986 et 1990)

La réalisation de plusieurs extensions de maisons en Ossature Bois pousse Jean-Paul LEFAUCHEUX à réfléchir un principe constructif simplifiant la réalisation des travaux...

1990 : Avis Technique 2/90-208

Le 10 décembre 1990, un Avis Technique concernant l'association d'une isolation extérieure, d'une ossature bois et d'une plaque de placoplâtre directement fixée sur ossature est déposé et obtenu pour le compte de la société CIRET.

Cet Avis Technique sera ensuite repris pour le compte de la société MCF le 1er juin 1992.

(entre 1990 et 1993)

Réalisation de plusieurs maisons (plus de 20) grâce aux modules MCF (Structure Bois) sur le grand Ouest de la France (Poitiers, Saint-Nazaire, Vannes... mais aussi à la Réunion)

1993 : grave problème de santé

Malheureusement, un problème de santé freine largement le développement du procédé.

2002 : maison parpaing et béton armé

Jean-Paul LEFAUCHEUX construit sa deuxième maison personnelle à la Réunion (974). Cette fois-ci, orienté par les disponibilités et le les nécessités liées au terrain, il s'oriente vers une construction en parpaing et béton armé.

Avec cette construction, il se représente l'agglo comme un "coffrage"  de l'ossature en béton armé (chaînages verticaux et horizontaux).

Il prend également conscience de la nécessité d'une bonne ventilation sous toiture afin d'éviter la surchauffe...

2007 : première maison MCF à ossature béton (génération 2.0)

Après son retour de la Réunion et suite à un nouveau problème de santé, il imagine un procédé alliant ses modules MCF standards avec une Ossature Béton Armé....

Une première maison est réalisée à Vannes (56) avec cette nouvelle évolution. Son architecture, avec sa forme arrondie entre autre, démontre de l'adaptabilité du procédé.

Même si l'expérience du plancher n'est pas intégralement satisfaisante, le principe constructif MCF associé à l'ossature béton armé permet d'intégrer un plancher béton...

2007 : Brevet FR2899255 A1 et FR2899256 A1

Le 5 octobre 2007, Jean-Paul LEFAUCHEUX dépose un brevet pour le procédé de construction par module bois associé à l'ossature béton.

1990 : Brevet FR2644817 A1

Le 28 septembre 1990, Jean-Paul LEFAUCHEUX dépose un brevet pour le procédé de construction par module bois.

2014 : deuxième maison MCF à ossature béton (génération 2.1)

Après le retour d'expérience lié au plancher de 2007, Jean-Paul LEFAUCHEUX décide de réaliser le plancher intermédiaire en collaborant.

Afin de limiter l'impact thermique de l'ossature horizontale intermédiaire et de dissimuler l'aspect de la tôle du collaborant, il insère un faux plafond qui associé à la VMC double flux va permettre de "booster" l'effet de celle-ci.

Enfin, grâce à une membrane positionnée sous la couverture et associé à l'isolation extérieure, il crée un "bouclier" étanche afin d'obtenir un bon résultat d'étanchéité à l'air

Cette deuxième maison, réalisée à Elven (56) correspond, pour le moment, à la dernière évolution du procédé...

2016 : troisième et quatrième maisons MCF à ossature béton (génération 2.1)

La construction de ces 2 maisons, pour le compte d'un ami de Jean-Paul LEFAUCHEUX, a permis de mettre en avant la nécessité de recourir à des modules standardisés mais aussi et surtout calibrés.

Le 14 octobre 2016, Jean-Paul LEFAUCHEUX dépose un brevet pour le bouclier étanche (membrane sous couverture + isolation extérieure).

2016 : Brevet  FR3034789 A1
2016 : Brevet FR3034793 A1 

Le 14 octobre 2016, Jean-Paul LEFAUCHEUX dépose un brevet pour le plafond récupérateur d'énergie (volume de faux-plafond utilisé pour favoriser l'échange de calories de la VMC double-flux).

2019 : cinquième maison MCF à ossature béton (génération 2.1)

Projet en cours de réalisation à Fouesnant (29).

Le procédé MCF enveloppant le rez-de-chaussée d'une maison existante et utilisé pour réaliser l'étage à créer, cette réalisation montre bien l'adaptabilité du procédé...

 
Le procédé MCF

Comme vous aurez pu le découvrir grâce à l'historique de ce principe constructif, le procédé MCF :

     - est issu de plus de 30 ans de réflexion,

     - a été "testé" et validé sur plus de 20 "essais" sur site,

     - a fait l'objet d'un Avis Technique en 1990 et

     - est protégé par 4 brevets déposé auprès de l'INPI.

Pose MCF.jpg

Comme vous aurez aussi pu le constater, la dernière évolution du procédé MCF consiste à associer l'Ossature Bois (réalisé à partir de module standardisés), à la structure Béton Armé.

Cette association des 2 types de structure, que Monsieur LEFAUCHEUX a déjà proposé au CSTB et qui a retenu leur attention par son originalité, ne nécessite pas, à leur sens, d'Avis Technique. En effet, dans la mesure où :

     - la structure Béton Armé répond au D.T.U. 21 et

     - l'Ossature Bois répond au D.T.U. 31.2,

l'association des 2 matériaux ne présente pas de contre-indication.

Même s'il n'avait pas vraiment conscience de toute les qualités de son procédé, ajouté à l'isolation extérieure, l'association "unique" de l'Ossature Bois et de la structure Béton Armé, tel qu'imaginé par Jean-Paul LEFAUCHEUX, permet de s'affranchir de plusieurs inconvénients de chacun des matériaux.

Besoin d'une synthèse sur les points forts et les faiblesses du procédé MCF ?

 

Les avantages :

     - performances thermiques (ossature bois isolée),

     - rapidité d'exécution (coffrage de la structure béton réalisée en grande partie par l'ossature bois),

     - sensation de solidité (structure porteuse en béton),

     - isolation acoustique (plancher collaborant donc béton),

     - inertie thermique (apportée par le béton),

     - assez facile à réaliser soi-même...

Les inconvénients :

     - délai d'exécution situé entre le délai de la construction ossature bois et celui de la maçonnerie.

Et d'un point de vue un peu plus architectural...

Les avantages :

     - très bonne adaptabilité en vue en plan grâce aux 2 largeurs de module disponibles et aux dimensions des poteaux béton qui peuvent être adaptées,

     - l'inconvénient ci-contre est minimisé si l'on considère que la mise en place de spots sera largement simplifiée et si l'on prend en compte l'effet bénéfique sur la VMC double flux (plafond récupérateur d'énergie)

Les inconvénients :

     - adaptabilité restreinte en coupe à cause de la hauteur standard des modules, Mais possibilité d'adaptation sur demande (étude au cas par cas)

     - nécessité d'un faux-plafond intégral pour "cacher" l'aspect industriel du plancher collaborant et pour limiter l'impact du léger pont thermique créée par la ceinture de poutre horizontale.

 
Dossier technique

En cours de réalisation !

Merci pour votre patience...