• Alexandre PERRIN

Mon avis sur le BIM

Mis à jour : 19 mars 2020

Suite à cet après-midi passé au Rex BIM Tour dont je remercie les organisateurs (la CINOV et Allplan en particulier, ainsi que leurs partenaires), j'ai pu me "remettre dans le bain" et ainsi estimer l'avancé du BIM après avoir lâché un peu le domaine du bâtiment...

Eh bien, on n'a pas beaucoup avancé depuis que j'ai revendu mon ancienne entreprise ! Les discours sont toujours aussi flous et "hypocrites"...


Lors de ces conférences, on ne veut pas admettre que le BIM, c'est la maquette 3D numérique et qu'il s'agit d'un outil de travail...

On alloue au BIM un fantastique pouvoir de "collaboration" entre prestataires...

Mais, heureusement, cette collaboration sur les chantiers n'a pas attendu la 3D numérique pour exister... Même si petite soit-elle actuellement, puisque le plus souvent, la prestation n'est pas très bien vendue et le travail malheureusement "bâclé".


Plus concrètement, si une entreprise ne fournissait pas un DOE RÉEL des ouvrages réalisés en plan 2D, car elle ne faisait pas le relevé des éléments sur chantier et qu'elle fournissait les plans EXE sans mettre à jour les petits aléas rencontrés sur celui-ci... Pourquoi le ferait-elle plus en 3D !?!

Et la maquette 3D tant attendue par les Maître d'Ouvrage pour la gestion de leur patrimoine ne sera pas plus efficace que le plan 2D fourni actuellement...

Pour moi l'avantage pour le Maître d'Ouvrage viendra plus de l'aspect plutôt ludique et précis lorsqu'il souhaitera connaître les caractéristiques d'un élément... Mais encore faudra-t'il qu'il ait été mis à jour sur la maquette...

Autre incohérence dans les propos, ce n'est pas parce que nous passerons au "BIM" que cela permettra d'avoir un suivi des modifications intervenant sur un ouvrage durant toute sa durée de vie... Depuis des années déjà, les Maîtres d'Œuvre fournissent des DOE à la fin des chantiers (au format papier mais aussi informatique). Pour autant, lorsqu'il faut récupérer ces fameux DOE, il n'est pas rare qu'ils aient été perdus... Le BIM et la maquette 3D numérique vont changer tout cela !?!


Ce que je veux exprimer par ces quelques propos, qui n'engagent que moi bien sûr, c'est qu'il y a beaucoup d'autres choses qui "déconnent" dans le domaine du bâtiment et que la 3D ne résoudra pas tous les problèmes ! Loin de là... L'état d'esprit est pour moi le principal problème de fond...

Pour un professionnel du bâtiment, la vision 3D d'un plan 2D devrait être un pré-requis, la modélisation 3D ne devrait donc être qu'une assistance et non pas une nécessité comme laisseraient l'entendre dire certains intervenants...

N'aller pas croire par là que je ne souhaite pas travailler en 3D, je l'utilise depuis mes débuts en 2005. Je veux juste dire que c'est un outil très puissant et appréciable, mais qu'il ne m'a pas permis de changer l'état d'esprit des personnes que je côtoyais...


Pour finir, bien sûr, je suis POUR une maquette 3D numérique, préalable au projet à l'échelle 1, intégrant l'ensemble des données du projet. Cela facilitera en effet l'intervention de tous les utilisateurs...

Mais à qui la responsabilité de la réalisation de cette maquette unique ???

D'autant qu'aujourd'hui, les logiciels concurrents, malgré la présence d'un format d'échange standard, l'IFC, peinent (pour ne pas dire ne parviennent pas) à récupérer l'ensemble d'une maquette sous ce format...

Pour simplifier cela, j'imagine qu'une norme, telle que la norme NF P 02-001 pour les épaisseurs et les types de traits, pourrait permettre d'orienter (pour ne pas dire imposer) des gabarits standard de type de mur, de dalle, de poutre, de poteau... que les éditeurs pourraient modéliser et fournir. Chaque éditeur aurait ainsi les mêmes standards (et l'utilisateur aussi par conséquence), ce qui faciliterait les échanges entre logiciel, mais aussi, limiterait peut-être les séances de "coloriage" demandées par certains BIM manager...

Car l'un des défauts du "BIM", c'est d'avoir lancé la mode des "BIM manager"...

Je m'explique ; la nécessité ou non de cette nouvelle fonction dépend pour moi de la nécessite du Maitre d'Ouvrage d'obtenir une maquette 3D numérique suivant des standards qui lui sont propres (hachures, couleurs, calques...).

Je rappellerai que la plupart des cabinets (Architecte, Bureau d'Etudes...) ont des gabarits, standards propres à leurs bureaux... Ces standards font, pour certains, partie intégrante de l'identité du bureau... Lorsque vous répondez à un dossier et réalisez les plans (2D ou 3D), j'estime que l'on ne doit pas modifier les standards du bureau à cause des desiderata d'une personne (ce qui peut prendre énormément de temps), et cela pour chaque chantier (puisque le client et son BIM manager peuvent-être différents)...

Dans ce cas, si le BIM manager récupère les plans du cabinet pour les adapter à la charte graphique souhaitée, il a une réelle utilité.

S'il impose sa charte graphique, ce qui modifie celle du cabinet, je trouve qu'il n'a aucune utilité... Voilà qui est dit !


En résumé, je suis POUR le "BIM" (la maquette 3D numérique unique) mais traitons les problèmes de fond du bâtiment avant et laissons nos logiciels de dessin se mettre d'accord pendant ce temps là !

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout